Sentier maritime










 


Territoire


La Côte Charlevoisienne: 185 km de patrimoine maritime.

Jusqu’au 19ième siècle, la construction navale et la pêche ont constitué les principales activités économiques de la région.  De nos jours, la vie économique de Charlevoix repose sur le tourisme, la forêt, et l’agriculture. La région, dont le peuplement a commencé aux environs de 1680, se distingue par ses paysages variés qui trouvent leur origine dans le relief escarpé des Laurentides. La côte charlevoisienne appartient au vieux socle du bouclier canadien constitué de roches cristallines dont l’âge varie entre 600 millions et 4 milliards d’années. La configuration actuelle de la région résulte, entre autres, d’un impact météoritique datant d’environ 350 millions d’années, créant ainsi un cratère dont le diamètre s’étend sur une distance de 56 km.

Tout le territoire de la région se retrouve dans l’estuaire moyen du Saint-Laurent. La physiographie de l’estuaire moyen est caractérisée par une série d’îles et de hauts-fonds qui sont placées entre les chenaux du Nord et du Sud. En amont, l’eau y est saumâtre et peut devenir tiède en été (14oC). En aval, l’eau est salée aux deux tiers de la salinité de la mer (22 g de sels par kg d’eau) et varie seulement de quatre degrés entre l’été (6oC) et l’hiver (2oC). Cette faible variation de température est dû au courant du Labrador remontant en surface à l’extrémité amont du chenal laurentien (en face du Saguenay). C’est dans ce secteur (estuaire moyen) qu’apparaissent les marnages et les courants de marées les plus importants du Saint-Laurent (jusqu’à 6 mètres et demi de marnage du côté nord de l’Isle-aux-Coudres).

On y retrouve nombres d’oiseaux aquatiques et migrateurs, entre autres, l’eider à duvet, la macreuse à front blanc, le garot d’Islande, le cormoran à aigrettes, le goéland argenté, le goéland à manteau noir, le bihoreau, le petit pinguin, le guillemot à miroir, le kakaoui, le grand héron, l’oie blanche, la bernache du Canada. En tout, 250 espèces d’oiseaux riverains, forestiers et aquatiques fréquentent et/ou habitent la région de Charlevoix.

Quant aux mammifères marins, on recense 2 espèces résidentes, le béluga et le phoque commun ainsi que quelques autres espèces qui séjournent l’été, soit le marsouin commun, le petit rorqual et  le rorqual commun. Le rorqual commun a le statut d’espèce « vulnérable », le marsouin commun est constitué « menacé » tandis que le béluga du Saint-Laurent est une population en « danger de disparition ». Un règlement d’approche des mammifères marins pour les activités d’observation en mer a été élaboré par le Parc marin et est maintenant en vigueur. Il oriente les comportements à adopter en présence de mammifères marins selon leur espèce.

 

 

Nom d'utilisateur :
 
Date de naissance:
(jj/mm/aaaa) :
 
Vous devez mettre les barres obliques entre les chiffres
 

Devenir Membre

Messages

RAPPELEZ-VOUS !

 La Route bleue de Charlevoix a tenu son assemblée de fondation le 25 mars 2009

 

 Communiqué de presse du 4 avril 2009 

 
 
   

                      

 

Page d'accueil | Pour nous joindre